Accueil du site > ZOO > Cha > LE PULP EST MORT, VIVE LE PULP !

LE PULP EST MORT, VIVE LE PULP !

jeudi 28 juin 2007, par cha


PULP MOI...

« C’était mieux avant » disent les mauvaises langues ! Mais avant quoi après tout ? Le Pulp c’est quand même 10 ans d’existence, 10 ans de soirées, 10 ans de gay pride, alors oui ça a changé et fort heureusement ça a évolué ! C’est vrai quoi, on va pas faire pendant 10 ans la même chose…alors bon, moi il faut dire qu’il y a 10 ans, je n’étais pas là, je me remettais difficilement de mon 1er chagrin d’amour. J’étais loin d’imaginer qu’il existait un endroit où il y avait tout plein de meufs, comme moi (oui j’ai longtemps cru que j’étais la seule tellement je n’en connaissais pas !), qui s’épanouissaient dans le sexe et la bonne humeur à 2 pas de chez moi !!! Cela fait donc 5 bonnes années que je rôde dans le milieu lesbien, que je fréquente Le Pulp et surtout que j’ai arrêté de détourner des hétéros !!! La première fois que je suis allée au Pulp (un samedi bien sûr parce que j’y venais régulièrement le jeudi avec des potes et j’ai vite compris que ca n’avait rien a voir), je ne me rappelle plus trop à quelle occas’ mais ce dont je me souviens c’est le moment ou j’ai poussé les deux portes battantes….putain ! Franchement j’ai eu un peu peur…il faisait chaud, c’était l’été, et il y avait un nombre de gonzesses au mètre carré, c’était donc vrai ! J’ai passé ma soirée à mater, à observer…j’étais une petite branleuse avec une gueule de ptite frappe mais je ne me reconnaissais pas à travers toutes ces filles qui se dandinaient devant les miroirs et qui dansaient en club sandwich.. mais bon, j’étais là et ça me faisait marrer. J’ai vite réussi à trouver des filles qui me correspondaient plus et avec qui j’en rencontrais d’autres et d’autres et encore d’autres et de fil en aiguille, pof j’étais finalement devenue une habituée et avait gagné mon pass droit auprès de la physio. En 5 ans, j’ai un peu tout essayé au Pulp. l’ouverture, la fermeture, les banquettes, les meufs bien sur ! Les soirées au toilettes, au vestiaire, au bar, en backstage, même les soirées dehors devant le Pulp à parler avec les potes et à se rendre compte quand on part qu’on n’est même pas entré à l’intérieur ! Et bien sûr je me dis que j’ai du en louper des trucs quand je vois les photos ou que j’entends parler d’histoires antérieures…mais c’est comme ça et il n’y a pas de regrets à avoir. Aujourd’hui, nous sommes à quelques semaines de la fermeture du Pulp et ça fait quelque chose…ça fait chier ! On perd LA seule boite de filles, LE club lesbien de la capitale, notre deuxième maison où on va boire des verres en écoutant du bon son, où la tenue correcte n’est pas exigée, où la sortie n’est pas définitive, où l’état défectueux des toilettes est largement compensé par « dame pipi », où on se sent chez nous quoi !!!! Ca fait bizarre mais il va falloir s’y habituer, trouver autre chose voir créer autre chose….

Galerie

vivelepulp !
3 messages
  • je viens de sortir des placards un vieil exemplaire de housefire et je me demandai qui avait écrit ces textes...
    j’ai eu beau tourner la chose dans tous les sens en vain, je ne n’en connais pas l’auteur(e)

    Vous auriez une idée ?

    Ma curiosité cette garce ne veut pas me laisser errer en paix.

    Celui que je possède (d’exemplaire) à en couverture un dessin de dana wyse datant de 1969 : homme en prison.
    Et le texte débute par : MArdi ou mercredi : je ne me suis jamais sentie aussi déprimée de toute ma vie...

    Merci d’avance.