Accueil du site > AUJOURD’HUI > LE 26 AOÛT, 40 ANS PLUS TARD...

LE 26 AOÛT, 40 ANS PLUS TARD...

mardi 24 août 2010, par Sophie

40 ans après la célèbre incursion de féministes dans une commémoration hautement symbolique, pourquoi ne pas aller en remettre une couche ?


Nous relayons ici l’appel du blog Re-Belles :

"Le 26 août 2010, pour fêter les 40 ans du mouvement de libération des femmes et de sa première apparition publique à l’Arc de Triomphe, AUJOURD’HUI, PLUS QUE JAMAIS, DÉCLARONS NOTRE FLAMME À LA LIBERTÉ DES FEMMES.

Le rassemblement aura lieu le 26 août à 11 heures sur l’esplanade des Droits de l’Homme. Une nouvelle plaque y sera apposée, pour la rebaptiser.

- Des banderoles seront déployées.

- Lecture sera faite de la Déclaration des Droits de la Femme d’Olympe de Gouges. Des textes féministes rappelleront le combat des femmes pour leur libération à travers l’histoire.

- Un rappel de l’action du 26 août 1970 à l’Arc de Triomphe nous permettra de faire le lien entre la renaissance du féminisme en France dans les années 1970 et notre action présente.

- Nous célébrerons et citerons un certain nombre de nos contemporaines qui sont poursuivies à travers le monde pour avoir réclamé leur liberté : liberté de circuler, de s’associer, de faire de la politique mais aussi de s’habiller comme elles veulent ou d’aimer qui elles veulent. Nous avons pensé bien sûr à Aung San Suu Kyi ou Taslima Nasreen, dont les combats nous sont connus depuis longtemps, mais d’autres seront évoquées.

- Diverses animations auront lieu. Nous les souhaitons plus ludiques que solennelles. Nous espérons que l’imagination sera au pouvoir et que nombreuses seront celles qui se joindront à nous pour rappeler que la lutte des femmes pour leur libération est l’affaire de tous.

- À l’issue de la manifestation, il sera demandé à la Mairie de Paris la création qu’une commission paritaire pour étudier les possibilités d’inclure clairement les femmes dans l’intitulé définitif de cette place.

JPEG - 105.6 ko

LES FÉMINISTES ONT DE LA SUITE DANS LES IDÉES

26 août 1789 : « Tous les hommes naissent libres et égaux en droit. » Premier article de la Déclaration des Droits de l’Homme, ce beau principe est adopté officiellement par la nation ce jour-là. Mais les femmes s’y retrouvent-elles ? Ce n’est pas évident. La citoyenne Olympe de Gouges, auteure d’une Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, fera remarquer quelques temps plus tard que si les femmes ont le droit de monter à l’échafaud, elles devraient bien avoir celui de monter à la tribune.

Le suffrage universel masculin sera institué en 1848.

Les femmes attendront encore près d’un siècle pour avoir le droit de voter.

26 août 1970 : mais que font ces quelques femmes réunies devant la flamme du soldat inconnu, à Paris, sous l’Arc de Triomphe ? Elles sont une dizaine. L’une d’entre elles porte une gerbe de fleurs où l’on peut lire : « À la femme inconnue du soldat ».

Huit autres déploient des banderoles :

- Un homme sur deux est une femme

- Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme

- Solidarité avec les femmes en lutte aux USA

- Libération des Femmes.

Autour d’elles virevoltent quelques photographes et journalistes prévenus pour l’occasion. Le lendemain, leurs articles paraissent dans les journaux souvent à la Une.

Le mot de désordre est lâché : LIBÉRATION DES FEMMES.

Il va courir tout au long des décennies, parfois ouvertement, souvent en sourdine, pour passer, tel un furet, d’une vie à l’autre.

Libération des femmes. C’est une exigence par laquelle elles réclament que les situations de violence dans lesquelles elles se sont retrouvées parce que femmes, ne se reproduisent pas à l’infini. C’est aussi un vœu, suffisant pour que chacune y trouve son compte et cherche les moyens de se libérer de ce qui, disent-elles alors, l’opprime. Et en ces temps d’après Mai-68 qui remettent en question l’ordre établi, nombreux sont celles et ceux qui se lèvent pour défendre l’opprimé.

L’opprimée, elle, attendra encore un peu.

MAIS NOUS, NOUS N’ATTENDRONS PAS UN SIÈCLE DE PLUS !

La liberté de toutes et tous reste l’exigence première des démocrates.

- Rappelons une fois encore que dans une démocratie, il ne peut y avoir de citoyens de seconde zone, déclarés tels parce qu’ils sont étrangers, voyageurs, venus d’ailleurs ou d’un autre genre humain.

- Et réclamons que cette esplanade soit désormais appelée ainsi : PLACE DU DROIT DES FEMMES ET DES HOMMES… du monde entier.

Le 26 août 2010, pour fêter les 40 ans du mouvement de libération des femmes et de sa première apparition publique à l’Arc de Triomphe, AUJOURD’HUI, PLUS QUE JAMAIS, DÉCLARONS NOTRE FLAMME À LA LIBERTÉ DES FEMMES".

Les photos sont issues du blog re-belles.over-blog.com

Merci A. !

Galerie

1 Message