Accueil du site > AUJOURD’HUI > C’EST QUOI UNE FEM ?

C’EST QUOI UNE FEM ?

mardi 5 octobre 2010, par Emilie

On a souvent tendance à confondre les Fems avec des lipstick, voire même à les prendre pour des hétéros...Mais qui sont vraiment les Fems ?


"Manifeste est mon sexe, puissante est ma chair et les mots qui célèbrent la force et la joie d’être une Fem-me.

Les Fem-mes c’est le mariage du bas résille et de la botte de combat, de l’escarpin et du poing américain, du manteau léopard et de la haine des types qui viennent te brancher dans la rue. Les Fem-mes se sont faites elles-mêmes avec souvent la rage au bide.

Ensemble, nous sommes puissantes comme un bataillon en marche.

Les armes du sexe faible sont ce qui nous rend fortes de ne pas en user les unes contre les autres, et contre ça on lutte, chevillée à notre sororité.

On collabore et on subvertit, on reproduit et on pourrit de l’intérieur le monde qui nous a faites, on est le vers dans la poutre qui nous nourrit, la fissure dans la clef de voûte de l’édifice qui nous soutient, on est notre propre autodafé.

Fem-me, tu es ta propre fin et tu n’en as pas, tu es l’éternel féminin et son permanent sabotage." Wendy Delorme, Paris, 2008.

Dans les années 1970, certaines féministes discréditent les identités lesbiennes masculines et les identité lesbiennes féminines . Elles attaquent la sexualité « butch-fem » car elles croient , comme les heteros homophobes , qu’elles sont une caricature du couple hétérosexuel.

Ces attaques ont mené à l’homogénéisation de l’apparence des lesbiennes, et à la mode des lesbiennes androgynes, qui se doivent de n’être ni trop masculine, ni trop féminine.

« Vouloir être féminine c’est succomber aux stéréotypes de genre et donc c’est pas bien gna gna gna. ».

Si certaines sont naturellement androgyne de corps et de style, beaucoup de femmes lesbiennes se sont forcées a cette androgynie obligatoire et souvent inadaptée a leur identité, juste afin de se sentir acceptée et reconnue comme étant une " vraie" lesbienne dans leur communauté .

Dans le même temps les médias ont créé l’image des lesbiennes « lipstick » qui s’est diffusée par le biais de la publicité : les "lesbian chic", cf. Dior, Dolce & Gabbana, Diesel , avec des pubs représentant des couples de femmes hyperféminines et érotisées .

"les lesbiennes , c’est deux filles pour le prix d’une"

Certaines lesbiennes se sont réapropriées l’identité lesbians lipstick, et de nombreuses lesbiennes s’y sont identifiées, grâce à la série culte The L world.

C’est dans les années 1980 et 1990 que s’élève une défense et une réhabilitation des identités historiques BUTCH / FEM et de ces modes d’identification (avec Joan Nestle puis les théoriciens queer).

Les mots BUTCH et FEM ne parviennent que dans les années 1990 et 2000 en France, où il n’ existaient que des mots , plutôt péjoratifs, pour les lesbiennes masculines (« camionneuse »), et pour le couple « jules » / « nana ».

Dans les années 1990, avec Trouble dans le genre, Judith Butler réhabilite la dichotomie butch/fem d’un point de vue féministe.

S’identifier comme FEM , tout comme s’identifier comme BUTCH, ou DYKE/GOUINE , ou Lipstick lesbienne , ou GENDERQUEER , ou autre, c’est une identité de genre que l’on se choisi sois-même , dont on est fière. Ce n’est pas les autres qui doivent choisir pour toi.

Mais qu’est -ce qu’une FEM ?

Nos amis de langue anglo-américaine disent FEMME , et nous en France on dis FEM.

Une FEM est une lesbienne.

Une FEM N’EST PAS une lipstick lesbian.

"If I wanted to date someone who looked like a man, I’d find a man. Where are all the lipstick lesbians ?"

Une Fem est une lesbienne qui cultive volontairement une allure féminine mais n’adhère pas à son genre sexuel par sa sexualité.

Elle est rarement vue comme homosexuelle.

"Can’t nobody tell she’s a lesbian because she a femme."

"There are a lot of assumptions about what it means to be femme, However, like most stereotypes this doesn’t fully capture all femme women’s experiences. For example, plenty of femme women have short hair and enjoy sports."

la "HIGH FEM " est une FEM qui joue consciemment avec les multiples expressions de l’extrême féminité, parfois jusqu’à la parodie.

"She’s so high femme, she’s sometimes mistaken for a drag queen."

"You’ll always see the high femme in the dress made for someone considerably smaller and younger." (Leslie Mah)

Certaines FEMS se disent « female-to-fem » (ou « female-to-femme » en anglais), considérant qu’elles ont volontairement transitionné d’un identité lesbienne à une autre, et qu’il y a là un aspect transgenre important.

La sexualité des FEMS

Souvent les gens confondent l’identité de genre FEM avec le comportement sexuel passif/soumis( bottom).

Parce que la FEM est féminine, et la BUTCH masculine, les gens pensent que la FEM est passive sexuellement et que la BUTCH est dominante/active (top) sexuellement.

ça peux être vrai , et c’est cool .

Mais attention, pas toujours !

Renseignez vous bien si vous vous laissez séduire par une FEM ou une Butch , car vous pourriez avoir des surprises !

Il existe des FEM TOP , des FEMs Bottom , des FEMs submissives , des FEMs switch ( les deux ), des FEMs top front the bottom (qui aiment se faire baiser tout en dirigeant elles même les opérations ! ), etc , etc.

Tout comme il existe des Butchs TOP , des Butchs Bottom , des Butchs submissives , des Butchs switch ( les deux ), des Butch top front the bottom …

Les FEMS ne sortent pas forcément avec des BUTCHS, même si c’est le modèle de couple le plus visible , car le plus stigmatisé ( "attention lesbiennes ! ")

Il y existe aussi des couples « fem-fem » et « butch-butch » comme des couples « fem-butch » , des Fems transloveuse etc..

Ci-dessous vous trouverez des liens vers des sites de collectifs de FEM / FEMMES a travers le monde :

Fem GUILD : Femme Guild is a queer feminist collective from Sydney for the promotion of Femme solidarity and visibility.Femme Guild aims to combat Femme-phobia and Femme invisibility and to celebrate Femme pride.

Femme Collective : Femme Collective is committed to creating conferences by Femmes, about Femmes, and for Femmes and their allies. We understand that Femme is more complex than just being a queer person who is feminine ; it is a part of how we interact with and shape our world as queer academics, activists, artists, homemakers, parents, professionals, students, teachers, etc.

Our conferences seek to explore, discuss, dissect, and support Queer Femme* as a transgressive, gender-queer, stand-alone, and empowered identity and provide a space for organizing and activism within Queer communities. We hope to attract people of all genders who are interested in a deeper understanding of Femme identity, culture, and history as well as Femmes interested in learning, teaching, connecting, and building community geared towards social change. Recognizing that queer Femme gender can be constructed independent of and/or intimately connected to biological sex, this conference will build coalition among queer Femmes of every stripe. Taking into consideration the various ways in which Femmes across the country and the world construct Femme based on region, class, race, ethnicity, access and ability, the Femme Collective will strive to create a safe place for open dialogue among a plethora of Femme-identified persons and their allies.

We are dedicated to : creating a Femme-positive environment ; selecting programming to honor differences in ethnicities, physical abilities and gender expressions ; and highlighting the intersection of queer Femme identity with issues of race, class, age, and body. We hope that together we can create a space to explore many of the complexities of Femme identity, including (but not limited to) questions of privilege, invisibility, intersecting identities, class mobility, aging, and the differences between femininity and Femme identity. We hope to contribute to giving voice to queer Femme identity, and to building unity, coalition, and solidarity in and among genderqueer communities.

*We recognize that for many lesbians and same-gender-loving Femmes ’queer’ is not a term that works and that it can often feel alienating and unwelcoming. We want to recognize that language is always imperfect, and make it clear that we use the term as an umbrella to include all of us who identify as Femme within LGBTQIA/SGL and genderphile communities. We are using this term to specifically and intentionally include lesbians and same-gender-loving women as well as

genderqueers, transwomen, and folks of every sex and gender who identify as Femme and see themselves as part of LGBTQIA/SGL and genderphile

communities.

La FEM MENACE : The Parisian Fem Menace is a fem-ale art-ivist group, and a social network of hot, tough, happy and fabulous queer fem-mes !

“We are the pulsating examples of pro-porn theory, pro-sex movement, gender as a social construction, and third-wave feminism as we subversively make Butler and Foucault titillating to the masses with performance, literature, and multi-media installations.

We are the successors of Mata Hari, crossing gender and sexual frontiers fluidly with the batting of lashes and twirling of moustaches, gathering information and influence on all sides. We wield our femininity as a weapon, having gleaned and exaggerated the hidden strengths from deconstructed stereotypes.

We are dedicated to creating community and solidarity by using ‘traditional feminine methods’ of seduction, collaboration, education, and entertaining, hence our habit of the cocktail party as our destination for activism.” Louis(e) de Ville, Paris, 2008

*********

"Etre fem, c’est connaître tous ces trucs, comment mettre de l’eyeliner dans le métro, marcher sur 12 centimètres de talons et faire tenir tous ses cheveux dans 5 épingles, c’est avoir au moins une culotte de chaque couleur de l’arc-en-ciel pour qu’elle soit toujours assortie à sa tenue. C’est maîtriser tous ces codes, mais leur donner un autre sens. Parce qu’on les a adopté consciemment, en sachant qu’ils avaient été inventés pour nous rendre faibles, on peut en faire une force.

Je suis une espionne, tous les regards sont rivés sur moi mais je suis cachée, je suis invincible car les mecs dans le métro ne connaissent rien de mes légendes, ils ne savent pas les images que j’ai inventées. Les images que j’ai dans la tête, de reines putes, d’héroïnes pornostars, de déesses en talons aiguilles, de guerrières en lingerie.

J’ai gardé les mêmes signes mais j’ai changé le sens. Ils ne se doutent de rien.

Ils ne savent pas que dans ma tête de poupée y a un cerveau, que sous ma mini-jupe il n’y a pas de culotte mais une sexualité à laquelle ils pourront jamais toucher, que j’ai lu plus de livres qu’eux et eu plus d’orgasmes que leur femme." Judy Minx, Paris, 2008

Fuck yeah femmes

(Des superbes photos de Fems du monde entier !)

Femme queerness is a sustained gender identity, a chosen rather than assigned femininity.


Attirances. Lesbiennes fems, lesbiennes butchs, Paris, éditions gaies et lesbiennes, 2001.

sous la direction de Christine Lemoine et Ingrid Renard, éd. gaies et lesbiennes, 416 p. 45 contributrices (nouvelles, essais, poésie, témoignages, photographies, dessin) de différents pays (France, Allemagne, Japon, Haïti, Brésil, Angleterre, Etats-Unis...) évoquent une réalité de la vie lesbienne : les "féminines" et les "masculines". Au-delà du thème abordé, ce livre intéressera toutes les lesbiennes qu’elles se définissent ou non comme fems ou comme butchs car il est un des rares ouvrages en français à parler du vécu, de la sexualité, de l’identité des lesbiennes et à contribuer à une vraie réflexion. Un livre qui est devenu rapidement une référence.

Acheter Attirances > chez Violette&Co

7 messages
  • Je ne comprends pas cette contraction voir cette réduction du si joli mot : femme. Pourquoi devoir lui amputer la moitié de son "corps" ? Faut-il, parce que nous sommes lesbiennes masculiniser notre identité ou, à tout le moins, le rendre neutre. FEM qui du coup se prononce fèm, me donne un sentiment de mollesse, voir de dissimulation de la fierté assumée d’être une femme. C’est, à mon humble avis, (bien entendu) une automutilation et je n’y adhère pas.

    Ce qui me surprends c’est que les américaines, elles, n’opèrent pas cette amputation. Peut être trouvent elles, comme moi une harmonie dans ce mot, un équilibre ?

    Je revendique et je suis fière d’être une femme lesbienne !

    • Il y a, peut être, une petite incompréhension...

      Comme Emy l’explique, au contraire du français, en anglais "Femme" n’est pas le féminin de "homme". Ce mot a été "inventé" par les anglo-saxonnes pour être le féminin de "Butch". Inventé, ça veut dire repris du français qui, pour les anglo-saxonnes, est une langue sexy...

      Dans les milieux Queer partout dans le monde, "Femme" est donc utilisée dans ce sens, comme le féminin de "Butch".

      Ceci est évidemment impossible en France parce que le mot existe déjà avec un sens bien spécifique. En français il fallait du coup inventer un mot. Couper le mot femme, le transformer en "Fem" n’enlève rien, c’est comme couper une plante pour qu’elle repousse de manière différente. "Fem" ne veut pas dire "femme lesbienne", identité dont, rassure toi, tu n’est pas la seule a être fière.

      • Massive Respect Emy ! Merci !

      • Merci Yuri pour ton éclairage,

        toutefois, puisque les américaines ont inventé ou réinventé le mot femme qu’elles trouvaient sexy, ce qui est aussi mon avis pourquoi n’avons nous pas inventé un mot français qui serait le masculin de femme. Et par la même éviter le mot Butch que je ne trouve pas plus élégant que Fem ?

        Ma réflexion porte, et tu l’auras certainement compris, à la fois sur l’emprunt systématique de mots anglais ou américains, et par ailleurs si le mot fem ne veut pas dire femme lesbienne, je ne comprends pas à quoi il sert, sauf bien entendu si nous ne trouvons pas le pendant français à Butch.

        Je n’ai pas d’inquiétude sur le fait que nous sommes toutes et tous fiers, sous quelque « appellation » que ce soit.

        Marina

  • Dans l’ensemble, je trouve que cet article est une bonne introduction à l’identité fem, mais en tant qu’une fem queer, j’ai un petit souci avec cette phrase "Une FEM est une lesbienne." Certes, il y a des lesbiennes qui sont fems, mais il y a beaucoup des fems qui ne sont lesbiennes. Par exemple, moi, personnellement, je ne m’identifie pas comme une lesbienne fem mais comme unE genderqueer fem. Et d’ailleurs, aux États-Unis (d’où je viens), je connais beaucoup des gens de divers genres et sexualités (des queers, des gouines, des pédés, des drags queens, des personnes genderqueers, des hommes trans, etc. etc.) qui s’identifient comme fem. Pour moi, fem est une identité qui, oui, a eu ses origines dans des communautés lesbiennes des années 50s, mais qui a maintenant évolué pour inclure toutE personne queer qui veut réclamer la femininité.

    C’est une chose de parler spécifiquement des gouines/lesbiennes fems, c’est une autre chose de parler d’elles comme s’il y n’a qu’elles qui sont fems.