HÉROS

mercredi 8 décembre 2010, par Sophie

On n’en parle nulle part et pourtant ils sont bien héroïques. Cette semaine, Amber Heard et Orlando Jordan se hissent au niveau des plus grands.


Elle c’est AMBER HEARD, actrice et mannequin américaine. Vous l’avez peut-être vu dans le film la famille Jones aux côtés de Patrick Duchovny. Vous la verrez bientôt à l’affiche de The Rum Diary avec Johnny Depp et de Drive Crazy avec Nicolas Cage.

Lors de l’anniversaire de l’association GLAAD (Gay and Lesbian Association Against Diffamation), Amber a annoncé sa liaison avec Tasya van Ree.

A 24 ans, Amber ne veut plus se taire et annonce à afterellen.com qu’elle ne veut plus faire partie du "problème".

"I think when I became aware of my role in the media, I had to ask myself an important question : ’Am I part of the problem ?’ And I think that when millions and millions of hardworking, tax-paying Americans are denied their rights and denied their equality you have to ask yourself what are the factors that are an epidemic problem and that’s what this is.

"Injustice can never be stood for. It always must be fought against and I just was sick of it being a problem. I personally think that if you deny something or if you hide something you’re inadvertently admitting it’s wrong. I don’t feel like I’m wrong." [1] Nous non plus. Merci Amber.

.

Lui c’est ORLANDO JORDAN. C’est le premier catcheur américain à se déclarer bisexuel. Et alors me direz-vous ? Eh bien, dans le milieu ultra conservateur du catch américain, le spectacle d’Orlando descendant enroulé dans du ruban jaune de signalisation, portant l’inscription "Cross the line" (passez la ligne/traversez la frontière), puis rampant jusqu’à un canapé où il s’est installé entre un homme et une femme avec un drapeau bi en arrière-plan, a fait l’effet d’une petite bombe. Les quolibets ont fusé, les commentateurs ont qualifié son show de "bizarre", "excentrique", "décalé". Clairement, personne ne s’attendait à découvrir un vrai bi, politiquement engagé, dans le temple du chiqué. Une raison de plus d’aimer le catch !


Allo ciné Amber Heard

Notes

[1] "Je pense que lorsque j’ai commencé à me rendre compte de mon rôle dans les médias, je devais me poser la question : "Suis-je une partie du problème ?" Et je pense que lorsque des millions et des millions d’américains qui travaillent et payent des impôts se voient refuser certains droits, et se voient refuser l’égalité, vous devez vous demander quels sont les facteurs qui forment un problème épidémique et c’est ce que c’est." "Il ne faut jamais soutenir l’injustice. On doit toujours la combattre. J’en avais marre que cela soit un problème. Je pense que lorsqu’on nie quelque chose ou si l’on cache quelque chose, on admet sans s’en rendre compte qu’on est dans l’erreur. Je ne me sens pas dans l’erreur".(C’est moi qui traduit)

Galerie

orlando orlando amber amber intrues