Accueil du site > XXX > LE TUYAU DU PORNO

LE TUYAU DU PORNO

dimanche 7 décembre 2008, par Sophie

Quelquefois il vaut mieux agir que discourir...


En ces temps difficiles, rien de mieux qu’un petit réconfort. Quand les débats philosophiques ou littéraires tournent à l’eau de boudin, quand sortir dehors rime avec "tu veux ma mort ?", quand la télé programme en boucle les films de noël qu’on a déjà vu 25 fois, quand le cinéma oublie l’essentiel, quoi de mieux qu’une petite séance porno à la maison ?

PornoTube est là pour ça. Pas de chichis, pas de fioritures, rien que du concret, direct et efficace. Pour les longs métrages, j’imagine qu’il faut passer par la case Paypal mais les quelques minutes disponibles en free streaming sont suffisantes pour s’offrir une petite pause dans une journée bien remplie (ou pas du tout remplie, c’est selon).

Après la diffusion, en fumant une cigarette au coin du feu (même virtuels, la cig et le feu), vous pourrez tout à loisirs disserter avec votre trés chère et tendre sur les vertus queer de tel ou tel protagoniste et attaquer le sujet sensible des fantasmes. Est-on plus ou moins butch lorsqu’on est excité par les films de PD ? Est-on une vraie FEM lorsqu’on kiffe les stars aux ongles longs et maquillées ? Le sexe est-il violent ? Pourquoi le saxophone est-il l’instrument qui revient le plus souvent dans les B.O de films pornos ? Les stars prennent-elles leur pied ? Avec ou sans chaussettes ? Avec ou sans poils ? Les meufs à gros seins et ultra maquillées qui jouent dans des scènes hot entre meufs sont-elles vraiment lesbiennes ?...

PORNOTUBE.COM

27 messages
  • Les pornos, la litterature et autres dissertations plus ou moins érotiques, ça va 5 mn...
    Rien ne vaut une bonne séance de jeux amoureux où chacun est libre d’être ce qu’on veut, comme on veut. Rien n’est plus efficace que s’assumer dans la réalité de son intimité.
    On est toujours plus libre quand on se vit avec quelqu’un qui nous aime et qui se fait complice de ce qu’on est.
    Allez les filles : ACTION !

  • Les pornos, la litterature et autres dissertations plus ou moins érotiques, ça va 5 mn...

    Rien ne vaut une bonne séance de jeux amoureux où chacun est libre d’être ce qu’on veut, comme on veut. Rien n’est plus efficace que s’assumer dans la réalité de son intimité.

    On est toujours plus libre quand on se vit avec quelqu’un qui nous aime et qui se fait complice de ce qu’on est.

    Un vrai tuyau : ACTION !

  • merci sophie. tu sais où trouver les films de "vraies" gouines sur ce site ? xxx

    • Le problème avec les commentaires anonymes, c’est qu’on sait pas si c’est la même personne qui parle 4 fois ou une personne à chaque fois.

      Je suis tout à fait d’accord que rien ne vaut une "bonne" séance de sexe avec une bombe atomique qui baise comme une déesse (j’ai des noms et des adresses si ça vous tente), mais la réalité n’a pas à se chamailler avec les fantasmes. L’un et l’autre vont de pair-e, il me semble, du moins depuis que j’ai lu "Au-delà de cette limite, votre ticket n’est plus valable" de Romain Gary.

      Quand au "vraies gouines", là est toute la question. Que toutes les "vraies gouines" qui lisent ces lignes se désignent, et que les autres aillent se refaire les ongles, j’ai senti comme une petite griffure très malvenue tout à l’heure...

      • Je suis blonde, je suis maquillée (parfois) , j’ai des gros seins, du vernis à ongle (écaillé , soit..) , et je suis plus gouine que la plus gouine de tes copines ! _ :-)

      • En fait il est quasi impossible de déterminer si une fille dans un porn est une "vraie" lesbienne ou pas .
        L’apparence physique ( gros seins, ongles peints, style méga-pouffe ) , tout ça ne veux rien dire , car
        1) certaines "vraie" lesbiennes ressemblent à ça !
        2)Comme dans beaucoup de métier, il y a un "dress code" a respecter.
        Tout comme la policière lesbienne va s’habiller en costume de flic pour aller bosser, la lesbienne actrice de porno va se saper en grosse pouffe pour tourner une scene.
        On peux alors s’interroger sur les pratiques :
        "Tiens , elle hurle en se frotant les seins , c’est pas une lesbienne !"
        Erreur encore. Les impératifs du métier ...
        ça plait au réalisateur , ça fait vendre, elle est pro, elle le fait ...
        Tout ce qu’on peut deviner , en regardant un film, c’est si il a été fait pour un public straight/mainstream ou pour un public lesbien/queer.
        Et ces derniers , on les trouve pas sur ce genre de site.
        Mais ... Qui a dis qu’il fallais regarder du porno avec que des "vraies" lesbiennes dedans ?
        On peut etre gouine et kiffer le porn PD ( suivez mon regard...) , ou 100P100 hetero (suivez mon regard encore ! )

        Voir en ligne : lesbienne ou pas , who really know ???

      • Ah la rançon du succès...

        Les limites ne sont-elles pas faites pour être dépassées ? Celles qu’on s’impose sont réelles ou fabriquées par d’autres ? On ne connait ses limites que lorsqu’on les a dépassé. Une expérience n’est pas un contrat de mariage !

        Perso je me sens plus accomplie que lorsque je me vis dans toutes les nuances de mes désirs et de mon identité.

        Et désolée, le porno, au mieux ça me fait marrer, au pire me fait chier. Ma créativité me suffit mais je comprends l’utilité d’un bon porno...

      • J’ai fait un tour d’horizon sur le site, il y en a pour tous les goûts, c’est bien, j’apprécie. mais si des plans sexes entre femmes sont filmés, on y voit aucune scène de baise lesbienne (ambiance "on our backs", etc.) comprenne qui peux... Monique Wittig ne disait-elle pas que les lesbiennes n’étaient pas des femmes ? moi je m’identifie complètement à cette idée, et à la sexualité qui va avec...

        • ps : c’est aussi une question de cul-ture, et qu’est le sexe si c’est pas une question de culture : codes, représentation, etc. ?!

          • C’est vrai. Mais si la pornographie et les pratiques sexuelles sont culturelles, le désir, la sexualité n’en restent pas moins des phénomènes naturels.

            Physiologiquement, psychologiquement,
            H et F, mâle et femelle, ne fonctionnent pareil, les stimuli ne sont pas les mêmes.

            L’érotisme peut être éducative selon les cultures, comme en Asie par ex. Mais il est connu que la pornographie tout comme la prostitution ont cette vertu de parer un certaine pauvreté.

            • watt4, je suis pas du tout d’accord avec toi pour dire que la sexualité et le désir sont des phénomènes naturels, je pense qu’ils sont des constructions sociales normées, et que puisqu’ils ont été construits, on peut les déconstruire, et les reconstruire autrement.

              Il n’y a rien de "physiologique" dans les raisons pour lesquelles les consommateurs de porno sont majoritairement des hommes.
              En fait c’est pour des raisons politiques et sociales que seuls les hommes regardaient du porno, et d’ailleurs l’accès croissant et gratuit au porno sur internet a fait changer cette donnée : de plus en plus de femmes regardent du porno.

              En plus, tu te réfères aux mouvements transgenres dans ton commentaire suivant, mais ça ne t’empêche pas ici de faire le raccourci transphobe
              "H et F = mâle et femelle".

              Il n’y a rien de biologique dans homme et femme.

          • (suite)
            Par ailleurs, la pornographie à l’origine a été inventée par l’H pour l’H. Et qu’à force de revendiquer l’égalité, nous voulions leur ressembler et pas forcément dans leurs meilleures qualités.

            Tous les goûts et les avis sont dans la nature, y compris l’usage que chacun fait de la pornographie. Et s’il faut sortir de la pensée straight, virilité et féminité étant un mélange savament inégal en chacun de nous, le porno ne doit pas enfermer dans des clichés. Mieux assumer les subtilités de sa person

          • suite2 (contrainte technik)

            Donc ..subtilités de sa personnalité, son identité, que de les refouler en s’entétant à ressembler à ce qu’on n’est pas. De SuperMacho à SuperPouf il n’y a pas que les gouines les pd et autres clichés que la pensée hétérosexiste daigne tolérer.

            Et pour partager mon expérience, je suis F incapable d’aimer autre que des F, f2f, et FFF ! Du moins je crois... lol

            Voilà pour mon identité de genre et orientation. Quant à ma sexualité, elle est intersex et je ne veux tjr pas choisir !

            • PS : si voulez faire évoluer votre point de vue sur la diversité des identités sexuelles, intéressez-vous à la trans-identité (et intersex), par le biais des études génétiques et foetales. Vous en conclurer vous-mêmes les possibilités infinies du désir humain.

              Sacré primate ! bonobos, macaques, lucie toumaï et toute la clic... Ah l’évolution je kiff !!!!

              • 1. Rô. Répondre à tout, c’est long mais je compte le faire rapido.

                2. Jsuis accro à pornotube, c’est com ça, c’est une vraie usine à fantasmes. Facile d’accés, gratuit, franchement c’est super rare ces temps-ci. Je suis d’accord que ça manque un poil de souplesse. Il faut s’abonner pour pouvoir enregistrer ses préférences (autant se ficher direct aux RG) mais il offre un panel de situations fantasmatiques divers et varié, généreux et suffisant, à mon goût, bien sur.

                • Pigé. J’irais y faire un tour histoire de me recycler, mais en ce moment j’ai bien peur de m’y faire du mal.. Ou je vais finir par me chercher un pute queer, c direct et au moins j’en aurais pour mon argent !

                  Pf...

                  En attendant g toujours pas entendu parler du ZePorno !.. Il faut que je le fasse ou quoi ?
                  Avis aux pros et amateurs...

                • Sophie, je te conseille Spankwire, pour lequel j’ai fini par abandonner Pornotube. Sur www.spankwire.com il y a des scènes de 30 minutes en moyenne, au lieu des bandes-annonces de Pornotube.
                  Bisous !

                  • Judy, je persiste dans mes propos, la sexualité et le désir tels qu’ils sont en eux-mêmes, la manifestation d’un instinct de reproduction de l’animal que nous sommes, sont des phénomènes naturels, physiologiques, neuropsychologiques(1) puisque nous sommes des êtres sexués certes sensiblement différents des autres animaux. Quoique l’éthologie tend à prouver que l’homme ne soit pas le seul dans le règne animal à pratiquer des activités sexuelles pour d’autres raisons que la reproduction...
                    Ensuite je ne nie pas que les pratiques sexuelles aient des contingentes normatives et sociales, à construire et déconstruire tel que tu le dis, même si tous les chemins mènent à Rome.

                    Mais je n’ai pas dit que les consommateurs de porno étaient exclusivement des hommes et ce pour des raisons physiologiques. Je n’ai émis aucun avis sur le sujet, seulement que le porno avait la vertu de parer à une « certaine pauvreté ». En revanche tu peux ne pas être d’accord sur le fait qu’à l’origine le porno a été inventé par l’homme pour l’homme, et que c’est la raison pour laquelle aujourd’hui (et depuis un moment d’ailleurs) les femmes prennent en main leur propre pornographie, se l’approprie et la réinvente, ré-invente parce que… bref.

                    Pour finir, dans la bouche d’hétérocentriques, les propos de PD ou gouine sont homophobes, pas dans la bouche d’une lesbienne. Alors si tu me connaissais un peu mieux, tu ne pourrais dire que dans ma bouche, H/F= male femelle, sont des raccourcis, transophobes qui plus est. A remettre mes propos dans le bon contexte, j’utilise ces termes dans la mesure où ils décrivent le rôle de chacun dans la reproduction animale, et les stimuli qui je persiste en découlent, même si chez l’homme ils sont bien loin aujourd’hui de l’état animal. Et si la définition même des facteurs biologiques dans la reproduction sexuée est détournée à des fins politiques, je refuse moi de mêler Biologie et Politique car l’humain revendique de se distinguer de la Nature par sa Culture dont fait partie le Savoir et la Politique. H, F… ces termes dans ma bouche et dans les propos précédent restent purement rhétoriques et sans jugement de quelque nature que ce soit. Car s’il fallait rester primaire au sujet de la sexualité et des limites de la nature sans y mêler la culture, ne pas reconnaître les erreurs de la nature sur le genre qu’elle attribue, c’est ne pas la corriger non plus lorsqu’un couple stérile souhaite enfanter. Mais s’il faut mêler défaillance de la nature et droit, il faut aller jusqu’au bout ou pas du tout ! Alors si le traitement contre la stérilité est une avancée des mœurs et de la médecine, les traitements qui concernent le genre en sont aussi. C’est juste que le raisonnement doit être cohérent, ou ne pas mêler biologie et politique, un point c’est tout.

                    Alors je refuse de définir quoique ce soit de façon dichotomique, et ce n’est pas parce que les transphobes utilisent certaines définitions binaires ne concernant que l’aspect primitif de la vie dans des raisonnements qui les arrangent, que je vais prendre le contre coup en ayant peur de faits que je ne réfute pas.
                    Vous et leur démontrer l’aberration du raisonnement transophobe hétérosexiste et toute la clic, c’est prévu. Mais pas ici.

                    Alors ok, H, F, femelle, mâle, citoyens citoyennes etc sont des termes sexistes, et font le pain du discours transophobe. Mais un homme bande, une fille mouille, un homme bande avec ou sans pénis, une fille peut avoir un pénis en éréction dans la tête, un homme peut être lesbienne, une fille PD, h2f ou f2h, mais ça veut dire quoi toutes ces déclinaisons ? ces définitions mêmes sont des expressions hétérosexistes car en définissant une pratique ou une identité, elles se rappellent toujours aux mêmes référents binaires.

                    Alors queer oui, encore un autre référent, un troisième, et nous passons d’un monde binaire à un rapport triangulaire sans sortir du premier, car queer n’existerait pas sans pensée straight. Définir, toujours définir et rationaliser ! On me définit comme un esprit un peu trop cartésien, et sans le nier je reconnais aussi les limites de mon propre entendement : s’il fallait tout définir de façon binaire, ou redéfinir de façon triangulaire, il faudrait tout définir, et de façon unitaire, et ceci est impossible et inutile. Alors ne définissons rien.

                    En conclusion, pour ma part si techniquement je suis XX, il me faudrait un XY pour refaire l’alphabet et pérenniser l’humanité. Mais je ne suis pas un petit soldat…
                    Au regard de mon histoire j’ignore celui de mon caryotype, si je suis male ou female, si j’ai reçu ma dose prévue ou non de testo à l’état fœtal, ou pas du tout, pas assez, si JE est un homme, une femme, une lesbienne pd trans, butch bitch tout ou rien et j’en n’ai rien à foutre. Alors mon raccourcis va peut-être pas plaire non plus, s’il faut des blacks blancs beurs rouges violet et toutes les couleurs, des roux, des bruns, des frisés des rayés des petits des grands des stériles et des hyperfertiles, s’il y a toutes les sexualités, tous les genres, il y a surtout le mien : unstraight identity.

                    Se définir dans un rapport binaire ou triangulaire, serait tout autant un raccourci sectaire et sans sens, le même d’une certaine manière que dire de Pamela qu’elle a une forte poitrine parce qu’elle est blonde grâce à l’homme, l’animal le plus intelligent d’la planète. Et Socrate est un chien.

                    Poitrine, blonde, le plus intelligent, syllogisme et jeux de mots, je vais pas me battre contre toi Judy sur la définition biologique ou politique donnée à H, F, homme femme male female citoyen et citoyenne, de droit ou de non droit… Il faut juste remettre les choses à leur place.

                    Autre identité : n° sécu, carte d’identité, passeport, n° compte bancaire et code secret, n° dossier RG, CIA, FBI, c’est saoulant tout ça…

                    Et comment va Edvig ?
                    Ouais j’me comprends, pas vous ?

                    .

                    .

                    .

                    .

                    .

                    1/ (non pas psychanalytiques ou psychiatriques, et pas psychologiques comme je l’ai dit car c’est vrai, en soi ce terme ne veut rien dire sauf une mécanique si on ne définit pas dans quel domaine elle s’exerce…)

                    • Ceci dit, je n’ai rien contre toi Judy au contraire, j’ai beaucoup de respect pour toi et ton travail. Et tu as raison de mettre le doigt sur des propos qui auraient besoin d’éclaircissements. C’est chose faite sans pour autant rester inerte et me priver de faire évoluer dans le bon sens mes réflexions.

                      Avis à toutes les critiques qui pourraient faire avancer mon schmilblic et un peu celui des autres là...

                      • et puis j’ai entendu parler d’un nouveau porno queer qui serait en préparation....Emy ?

                        • Oui , mais c’est un secret ;-)

                          Le nouveau c’est " UNDERGROUND , Paris to Berlin " ...

                          Avec 9 lesbiennes, transboys , gouines , queers, butchs , fems, from Paris & Berlin.

                          Dans UNDERGROUND il y a ...
                          des chattes
                          des godes roses
                          des godes bleus
                          des langues
                          des harnais
                          des dickclits
                          des éjaculations féminines
                          du fist
                          des pénétrations
                          des cunilingus
                          de la sodomie
                          de l’amour
                          de la tendresse
                          du rire
                          des cris
                          de l’absurde
                          des clitoris
                          des rapports de force
                          de la complicité
                          des coups de ceinture
                          des claques
                          des lesbiennes
                          des trans
                          des butchs
                          des gouines
                          des binders
                          des strings
                          des plumes
                          de l’électro
                          des caleçons
                          des parisiennes
                          des berlinoises
                          des suédoises
                          des bars
                          des lits
                          des canapés
                          des poupées
                          des jeans
                          des petites culottes
                          du rock
                          du live
                          des féssées
                          des machines à laver
                          des gang bang
                          des faux cils
                          des vrais seins
                          de la cellulite
                          des crane rasés
                          des fausses blondes
                          des vraies brunes
                          des tatouages
                          des piercings
                          des jeunes filles
                          de la cyprine
                          du gel
                          des gants
                          des capotes
                          des queers
                          des orgasmes

                          On vous aura prevenu ! :)

                          Et meme un troisième film bientot , " The QUEER X SHOW " , un queer road movie porn , une sorte de docu à la Thelma & Louise , l’histoire d’un show porno délirant avec 7 filles sur les routes d’Europe cet été.

                          Voir en ligne : http://blondbizar.20six.fr/

  • Moi je pense que les filles ne prennent pas trop leurs pieds juste du fric ! En même temps il faut des métiers pour tous et chacun son truc...

    Mylène surplus militaire

    • Mylène, grâce à ton commentaire, je me suis replongée dans les autres commentaires, qui m’ont bien fait rire, les années étant passées.
      Ton lien vers ce site "comptoir du camouflage", est-il une invitation au fantasme ou une à s’armer ?